La communauté internationale et l'autonomie du Sahara occidental

24 janvier 2019

L’application de l’accord de pêche Maroc-UE est effective sur l’ensemble du territoire national

Le président de la Commission parlementaire mixte (CPM) Maroc-UE, Abderrahim Atmoun, s’est félicité mercredi de l’adoption de l’accord de pêche par la Commission de la pêche du Parlement européen, affirmant que “son application est effective sur l’ensemble du territoire national”.

Le vote d’aujourd’hui qui intervient après l’adoption, à une large majorité, de l’accord agricole la semaine dernière, est une réaffirmation de la volonté mutuelle visant le renforcement de la coopération entre le Maroc et l’UE, particulièrement la coopération parlementaire entre les deux parties, a-t-il affirmé dans un communiqué.

L’accord, adopté par 17 voix pour, 7 contre et deux abstentions, couvre la zone de pêche s’étendant du parallèle 35 jusqu’au parallèle 22, à savoir du Cap Spartel dans le nord du Maroc jusqu’au Cap Blanc dans le sud du Royaume.

M. Atmoun a en outre indiqué que ce vote est le fruit d’un travail de longue haleine et plusieurs rounds de négociations, de modifications et d’adaptations de cet accord qui fixe les conditions d’accès pour la flotte européenne et prévoit les exigences d’une pêche durable.

Ce résultat positif couronne les efforts tous azimuts de la diplomatie marocaine avec une présence régulière et continue des membres de la Commission parlementaire mixte Maroc-UE, du côté marocain, a-t-il souligné, ajoutant que ceux-ci sont parvenus à convaincre les eurodéputés que cet exercice d’adaptation mené par le Royaume et l’Union européenne démontre que le Maroc assume pleinement le rôle qui est le sien, celui d’un partenaire stratégique et fiable.

Il a mis l’accent sur l’action soutenue de la Commission parlementaire au service de la défense des intérêts du Royaume “sur tous les fronts possibles, en étant à la fois sensible aux discussions sur la politique de voisinage et à la volonté de l’UE de renforcer le dialogue stratégique noué avec le Maroc”.

La commission reste, a-t-il dit, en même temps vigilante quant aux évolutions des autres dossiers stratégiques en cours de négociation de manière à préserver l’ensemble des accords liant les deux parties.

M. Atmoun a en outre estimé que le rôle assigné à la Commission parlementaire mixte Maroc-UE est de “continuer à œuvrer au sein de toutes les instances parlementaires européennes pour prémunir les intérêts des deux parties contre toute tentative de manipulation”. “Nous travaillerons de concert avec nos homologues européens pour faire respecter les engagements inscrits dans tous les accords qui nous lient et parvenir à un vote positif de cet accord de partenariat dans le domaine de la Pêche prévu le 13 février”, a-t-il conclu.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com


28 décembre 2018

L’appel du Maroc au dialogue "franc et direct" avec l’Algérie a rompue l’immobilisme au Maghreb (Journal émirati)

Le Journal émirati "Al Khalije" a indiqué dans sa livraison de jeudi 27 décembre 2018, que l’appel lancé par le Maroc à destination de l’Algérie en faveur d’un dialogue "franc et direct" a eu la vertu de "rompre le long immobilisme de l’Union maghrébine".
Dans un article intitulé "Le Maghreb aspire à une relance avec son trentième anniversaire", le journal des Emirats arabes Unies, explique que "le long immobilisme de l’Union maghrébine a été rompu", en évoquant le discours de SM le roi Mohammed VI qui a appelé en novembre, à un "dialogue franc et direct" avec l’Algérie, à l’occasion du 43ième anniversaire de la Marche verte.
Le média émirati ajoute qu’"une activité diplomatique et médiatique très dynamique a débuté pour réactiver les instances maghrébines après un gèle de prés de trois décennies" et ceci "pour éviter la perte du rêve d’intégration régionale".
Le journal estime que malgré les ponts de l’échange et de la complémentarité qui unissent les peuples du Maghreb "la décision politique est resté lente et à cause de cela des occasions précieuses de développement ont été dilapidées par l’Union maghrébine, comme l’ont été des opportunités de construction d’un système économique intégré ".
Pour ce journal les dix premier mois de l’année 2018 n’ont rien apporté de nouveau concernant l’action maghrébine commune, " mais les cinq pays maghrébin ont connu des interactions politiques, économiques et sécuritaires nombreuses" et "les défis qui ont commencé à apparaitre ont peut-être joué un rôle dans la relance de la réflexion collective pour réanimer l’Union et dépasser les conflits, en particulier entre l’Algérie et le Maroc, qui ont provoqué le gel de l’activité de l’organisation régionale".
Le quotidien a ajouté que des "voix franche se sont élevé pour revendiquer la nécessité que les deux pays doivent dépasser leur conflit perpétuel autour du Sahara", en expliquant que les deux pays représentent à eux deux, "le poids lourd stratégique de l’Union maghrébine, sans lequel cette entité ne peut se réaliser, c’est pour cela que le conflit ne doit pas entraver l’unité de destin et le possibilité de coopération entre les deux dans de nombreux domaines qui apporte un bénéfice important pour les deux peuple et les autres peuples frères".
"Al Khalije" constate que les rapports du Secrétariat général de l’Union du Maghreb ainsi que la Commission économique de l’Union africaine, indiquent que les économies des 5 pays maghrébins "subissent des pertes sèches à cause de la non intégration, qui varient entre 3 à 5 % du Produit intérieur brut de ces pays, c'est-à-dire près de 10 milliards de dollars par an, outre le fait que les prévisions évoque des bénéfices immenses".
Ces rapports considèrent que la région maghrébine est "la plus faible au niveau du continent africain au sujet du commerce au sein de l’espace régional, avec seulement 2 % des échanges avec l’extérieur", alors que la moyenne africaine est de 16 % avec des prévisions qui peuvent atteindre 60 % en 2022, selon l’Organisation mondiale du commerce (OMC) sur l’Afrique.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com

24 décembre 2018

Clôture du festival du film documentaire sur la culture, l’histoire et l’espace sahraoui hassani

Le rideau est tombé, dimanche à Laâyoune, sur le 4è festival du film documentaire sur la culture, l’histoire et l’espace sahraoui hassani, organisé par le Centre cinématographique marocain (CCM) du 20 au 23 décembre, sous le Haut Patronage du Roi Mohammed VI.

La cérémonie de clôture de ce festival de quatre jours, qui s’est déroulée en présence du ministre de la Culture et de la Communication, M. Mohamed El Aaraj, a été marquée par la remise du Grand prix au film documentaire “Vie côtoyant la mort” du réalisateur Lahcen Majid.

Ce documentaire de 90 minutes, qui rappelle l’histoire de six Marocains ayant réussi à fuir les camps de Tindouf, où la direction du polisario impose une dictature terrible aux Sahraouis séquestrés dans des conditions inhumaines, s’est également vu décerner les prix du meilleur montage et de la meilleure réalisation.

Le prix de la meilleure musique est, quant à lui, revenu à Malika Maalainine pour son film “Le plaisir du monde est dans sa misère”, alors que le prix du jury n’a été décerné à aucun film parmi les sept documentaires qui étaient en lice pour la compétition officielle.

Dans une allocution à cette occasion, M. El Aaraj a souligné que ce festival revêt une importance indéniable, dans le sens où il participe à la promotion et la diffusion de la culture hassanie, une composante intégrante et indispensable de l’identité marocaine.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com

17 décembre 2018

Ouverture à Laâyoune du 3è Festival international de la poésie

La troisième édition du Festival international de la poésie, organisée par le Conseil de la région de Laâyoune-Sakia El Hamra, sous le Haut Patronage de S.M. le Roi Mohammed VI, a eu lieu du 14 au 16 décembre courant, à Laâyoune sous le thème «La poésie, un espace de rencontre des cultures».

Initiée en partenariat avec le ministère de la Culture, cette manifestation a été animée par des poètes, des intellectuels et des universitaires du Soudan, du Liban, du Koweït, de Mauritanie, de Syrie, de Tunisie, d’Irak, du Chili, d’Espagne, de Libye, du Mexique, du Costa Rica, des Émirats arabes unis, de Jordanie, d’Irak, d’Argentine et de Grande-Bretagne, outre le Maroc.

Le Festival organisé avec la collaboration du Ministère de la Culture, a pour objectif de valoriser la création poétique dans le monde arabe, en Afrique et dans le monde, tout en mettant en avant son rôle en matière de rapprochement entre les peuples et les cultures. Selon les organisateurs, cet événement est aussi l’occasion d’encourager l’interaction et le dialogue entre les élites des quatre coins du monde en vue de contribuer à la promotion des valeurs d’ouverture et du vivre ensemble.

Dans une allocution prononcée en son nom, le président de la région, Sidi Hamdi Ould Errachid, a souligné que l’organisation de cet événement s’inscrit dans le cadre des efforts du Conseil pour la mise en œuvre du contenu du contrat programme pour le financement et la réalisation du développement intégré de la région, notamment dans son volet lié à la promotion et au développement de la composante culturelle.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com

13 décembre 2018

Les deux chambres du Congrès colombien adoptent une résolution soutenant la souveraineté et l’intégrité territoriale du Maroc

Les deux chambres du Congrès colombien ont adopté une résolution exprimant sans équivoque leur plein soutien à la souveraineté et à l’intégrité territoriale du Maroc, tout en dénonçant les graves violations des droits de l’Homme ainsi que les pratiques inhumaines auxquelles sont soumises les populations séquestrées par le Polisario dans les camps de Tindouf.

“Nous réitérons notre plein soutien aux efforts déployés, depuis 2007, par le Royaume du Maroc en faveur d’une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable au différend régional sur le Sahara, sur la base de l’Initiative marocaine pour la négociation d’un statut d’autonomie de la région du Sahara, laquelle a été qualifiée de +prééminente, sérieuse, crédible et réaliste+ par le Conseil de sécurité des Nations Unies dans ses résolutions consécutives, ainsi que par la Communauté internationale”, lit-on dans la résolution adoptée par la Chambre des représentants en séance plénière ainsi que par le Sénat.

“Seule une solution politique et négociable à la question du Sahara préservant la souveraineté et l’intégrité territoriale du Royaume du Maroc est capable de favoriser la paix et la stabilité dans la région du Maghreb et du Sahel”, relèvent les parlementaires colombiens, en soulignant leur “grande préoccupation quant à la persistance des graves violations des droits de l’Homme par le Front Polisario, notamment “la restriction à la liberté de mouvement, d’expression et de manifestation” dans les camps de Tindouf.

Tout en exprimant leurs “inquiétudes” face à la “persistance de pratiques inhumaines d’une extrême gravité à l’encontre des populations séquestrées dans les camps de Tindouf”, les signataires de cette résolution ont lancé un appel pour le “recensement des populations de ces camps conformément à la résolution 2414 du 27 avril 2018 du Conseil de sécurité des Nations Unies et à la Convention de Genève de 1951 ainsi qu’aux conclusions pertinentes du Comité exécutif du HCR” (Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés).

Le Congrès colombien a par ailleurs salué “l’excellence des relations bilatérales existantes entre la République de Colombie et le Royaume du Maroc qui commémoreront l’année prochaine le 40ème anniversaire de l’établissement de leurs relations diplomatiques”, tout en exprimant sa volonté de renforcer davantage la coopération bilatérale dans tous les domaines aussi bien politique, économique, culturel, humain que social.

Les députés et sénateurs colombiens signataires de cette résolution ont de même salué les “réformes entreprises sous la conduite de Sa Majesté le Roi Mohammed VI dans divers domaines ayant permis au Maroc de consolider le processus de développement et de promotion des droits de l’Homme, faisant du Royaume un havre de paix et de stabilité dans le continent africain”.

Cette résolution a été signée par des députés et sénateurs appartenant aux principales formations politiques, à savoir le Centre Démocratique (CD, au pouvoir), le Parti du Changement radical, le Parti Conservateur, le Parti Libéral, le Parti de l’Unité Nationale, le Parti MIRA ainsi que le Parti Alliance Verte (opposition).

La résolution porte la signature de plusieurs personnalités influentes du Congrès colombien parmi lesquelles le président du Sénat et président du Congrès, Ernesto Macias Tovar, le président de la Chambre des représentants, Alejandro Carlos Chacon Camargo, le président de la Commission des Relations extérieures du Sénat, Jaime Duran Barrera, le président de la Commission des Relations extérieures de la Chambre des représentants, Anatonio Hernandez, l’ex vice-président du Sénat , Ivan Leonidas Name Vasquez, ou encore la grande figure de la vie politique colombienne, l’ex-président de la République, Alvaro Uribe.

L’adoption de cette résolution historique par le Congrès colombien à travers ses deux chambres constitue une première au niveau du soutien exprimé au Royaume par cette importante instance législative issue des élections du 11 mars dernier.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com


10 décembre 2018

Après “l’élan” de Genève, l’UE prête à contribuer au climat positif dans le processus onusien sur le Sahara (porte-parole)

L’Union européenne (UE) a exprimé, vendredi, sa disposition à “contribuer aux mesures susceptibles de créer un climat positif” dans le processus onusien sur la question du Sahara, après “l’élan” donné à ce propos à l’occasion de la première table-ronde qui a eu lieu, mercredi et jeudi, à Genève.
“La participation de toutes les délégations et l’annonce d’une deuxième réunion au premier trimestre de 2019 montrent que tous les participants se disent prêts à poursuivre leur engagement sous les auspices de l’ONU”, affirme l’UE dans une déclaration de son porte-parole, insistant sur l’impératif de “tirer profit de cet élan et de poursuivre activement les discussions dans un esprit de compromis”.
La déclaration relève que les discussions de Genève “ont à juste titre mis l’accent sur des questions essentielles telles que la coopération régionale, la création d’emplois, le développement régional, la stabilité et la sécurité ainsi que la jeunesse”.
Pour l’UE, la tenue à Genève de la première table ronde au sujet du différend régional sur le Sahara marocain témoigne “des efforts renouvelés, entrepris par le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, et son Envoyé personnel, Horst Köhler”, pour résoudre ce différend et réunir les parties et les voisins «dans un esprit d’ouverture et de respect mutuel ».
L’Envoyé personnel du secrétaire général de l’Onu pour le Sahara avait invité des délégations du Maroc, de l’Algérie, du Polisario et de la Mauritanie à prendre part à une table ronde les 5 et 6 décembre à Genève, conformément à la résolution 2440 du Conseil de sécurité des Nations Unies.
Les délégations ont convenu que l’Envoyé personnel les inviterait à une deuxième table ronde au premier trimestre de 2019, selon le communiqué sanctionnant cette rencontre.
La délégation marocaine était conduite par M. Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale. Elle comprenait M. Omar Hilale, représentant permanent du Royaume auprès des Nations Unies à New York, M. Sidi Hamdi Ould Errachid, président de la région Laâyoune-Sakia El Hamra, M. Ynja Khattat, président de la région Dakhla-Oued Eddahab et Mme Fatima Adli, acteur associatif et membre du Conseil municipal de Smara.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com

07 novembre 2018

Le roi du Maroc déclare la disposition du Maroc au dialogue « direct et franc » avec l'Algérie

Le roi Mohammed VI a déclaré, mardi, la disposition du Royaume du Maroc au « dialogue direct et franc » avec l’Algérie et proposé la création d’un mécanisme politique conjoint de dialogue et de concertation afin de dépasser les « différends conjoncturels » entravant le développement des relations bilatérales.
Dans un discours à l’occasion du 43-ème anniversaire de la Marche Verte, le souverain marocain a rappelé que depuis Son Accession au Trône, Il a appelé « avec sincérité et bonne foi » à l’ouverture des frontières entre les deux pays et à la normalisation des relations maroco-algériennes
« C’est, donc, en toute clarté et en toute responsabilité que Je déclare aujourd’hui la disposition du Maroc au dialogue direct et franc avec l’Algérie sœur, afin que soient dépassés les différends conjoncturels et objectifs qui entravent le développement de nos relations », a souligné le Souverain.
A cet effet, le roi a proposé aux « frères en Algérie la création d’un mécanisme politique conjoint de dialogue et de concertation », précisant que « le niveau de représentation au sein de cette structure, son format, sa nature sont à convenir d’un commun accord ».
« Le Maroc est ouvert à d’éventuelles propositions et initiatives émanant de l’Algérie pour désamorcer le blocage dans lequel se trouvent les relations entre les deux pays voisins frères », a dit le Souverain, ajoutant qu’en vertu de son mandat, ce mécanisme « devra s’engager à examiner toutes les questions bilatérales, avec franchise, objectivité, sincérité et bonne foi, sans conditions ni exceptions, selon un agenda ouvert ».
Il pourra constituer, a fait noter SM le Roi, le « cadre pratique d’une coopération, centrée sur les différentes questions bilatérales », notamment celle qui a trait à la valorisation des opportunités et des potentiels de développement que recèle la région du Maghreb.
Le rôle de ce mécanisme sera aussi de contribuer au « renforcement de la concertation et de la coordination bilatérales pour permettre de relever efficacement les défis régionaux et internationaux, notamment ceux qui sont liés à la lutte anti-terroriste et à la problématique migratoire », a relevé le Souverain, réitérant Son « engagement à œuvrer main dans la main avec nos frères en Algérie, dans un total respect des institutions nationales de leur pays ».
« Mus par l’affection et l’estime que nous portons à l’Algérie, à sa direction et à son peuple, nous ne ménagerons aucun effort, au Maroc, pour asseoir nos relations bilatérales sur de solides bases de confiance, de solidarité et de bon voisinage, inspirés en cela par la parole de Notre Aïeul, paix et salut sur lui : « Jibril m’a tellement recommandé d’être bienveillant envers mes voisins que j’ai failli croire qu’il allait en faire mes propres héritiers », a dit le roi.
Par ailleurs, le souverain a déploré « l’état de division et de discorde qui sévit actuellement au sein de l’espace maghrébin », faisant observer que cette situation s’inscrit en « opposition flagrante et insensée » avec ce qui unit les peuples de la région, savoir ; des liens de fraternité, une identité de religion, de langue et d’histoire et un destin commun.
Le roi a, à cet égard, noté que cet état « contraste avec l’ambition de concrétiser l’idéal unitaire maghrébin, qui animait la génération de la Libération et de l’Indépendance, ambition qui s’est incarnée en 1958 par la Conférence de Tanger, dont nous célébrons le soixantième anniversaire ».
Dans ce contexte, le souverain a rappelé que l’appui apporté par le Royaume à la Révolution algérienne avait contribué à renforcer les relations entre le Trône marocain et la Résistance algérienne et avait également été un « élément fondateur de la conscience et de l’action politique maghrébine commune ».
« De longues années durant et jusqu’au rétablissement de l’indépendance, côte à côte, nous nous sommes dressés contre le colonisateur dans un combat commun ; et nous nous connaissons bien. Par ailleurs, nombreuses sont les familles marocaines et algériennes qui partagent des liens de sang et de parenté », a affirmé le Souverain, relevant que l’intérêt des deux peuples réside dans « leur unité, leur complémentarité, leur intégration ; et nul besoin qu’une tierce partie joue, entre nous, les intercesseurs ou les médiateurs ».
« Néanmoins, nous devons faire preuve de réalisme et convenir que les relations entre nos deux pays échappent à la normalité, créant, de fait, une situation inacceptable », a souligné le roi.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com

01 novembre 2018

Le CS renouvelle le mandat de la MINURSO pour six mois et consacre la prééminence de l’initiative d’autonomie

Le Conseil de sécurité des Nations Unies a prorogé, mercredi à une grande majorité de ses membres, le mandat de la MINURSO de six mois jusqu’au 30 avril 2019, consacrant, une fois de plus, la prééminence de l’initiative marocaine d’autonomie pour résoudre le conflit artificiel autour du Sahara marocain.

Le Conseil de sécurité "décide de proroger le mandat de la Minurso jusqu’au 30 avril 2019", lit-on dans le texte de la résolution 2440 présentée par la plume américaine.

L’instance exécutive de l’Onu a consacré, encore une fois, la prééminence de l’initiative d’autonomie, présentée par le Royaume le 11 avril 2007, en se félicitant des efforts “sérieux et crédibles faits par le Maroc pour aller de l’avant dans le processus visant un règlement" du conflit du Sahara.

La résolution consacre, dans une première historique, l’Algérie en tant que partie principale au processus visant à trouver “une solution politique, réaliste, pratique et durable” à la question du Sahara.

À cet égard, la résolution insiste sur l’importance d’un engagement renouvelé “en vue de faire avancer le processus politique en préparation d’un cinquième round de négociations", et rappelle son "soutien à la recommandation contenue dans le rapport du 14 avril 2008 qui souligne que le réalisme et l’esprit de compromis (…) sont essentiels pour réaliser des progrès dans les négociations”.

Le texte appelle, dans ce cadre, à faire montre de volonté politique et à travailler dans une atmosphère propice au dialogue dans le but de faire avancer les négociations, assurant ainsi la mise en œuvre des résolutions du Conseil de sécurité depuis 2007 et le succès des négociations.

Le Conseil de sécurité reconnait, à cet égard, que “la concrétisation d’une solution politique à ce différend de longue date et le renforcement de la coopération entre les États membres de l’Union du Maghreb Arabe contribueraient à la stabilité et à la sécurité, induisant à son tour la création d’emplois, de croissance et d’opportunités pour l’ensemble des peuples de la région du Sahel”.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com

18 octobre 2018

Le Gabon salue les perspectives “crédibles et rassurantes” de l’initiative marocaine d’autonomie au Sahara

Le Gabon a réaffirmé, lundi devant la 4è Commission de l’Assemblée générale des Nations-Unies, sa position favorable à l’initiative marocaine d’autonomie qui présente de perspectives “crédibles et rassurantes” en vue de parvenir à une solution politique durable au conflit du Sahara.

“Le Gabon salue et encourage l’initiative marocaine d’autonomie qui présente des perspectives crédibles et rassurantes permettant non seulement de mettre fin à l’impasse actuelle mais aussi de parvenir à une solution politique mutuellement acceptable et négociée”, a déclaré son Ambassadeur, Représentant permanent auprès des Nations-Unies, Michel Xavier Biang, lors d’une séance du débat général de la 4è Commission.

Il a ajouté que son pays réaffirme son soutien an processus politique en cours mené sous l’égide du Secrétaire général des Nations Unies, et appuie fortement la mission de facilitation de son Envoyé Personnel.

Selon lui, la confirmation de la participation marocaine à la table-ronde, qui se tiendra à Genève les 5 et 6 décembre prochain, démontre “la volonté des autorités marocaines à pleinement coopérer en vue d’une solution politique à ce différend régional”.

“Le Gabon encourage une fois de plus, tous les pays voisins à coopérer et à unir leurs efforts pour garantir le succès de cette table-ronde, qui est un prélude à la stabilité et au développement socio-économique de la région”, a-t-il dit, soulignant que “l’implication de tous contribuera à minimiser les risques de déstabilisation engendrés par les activités terroristes et permettra de consolider la paix et la sécurité dans la région du Sahel”.

Le diplomate gabonais a, par ailleurs, salué des efforts des autorités marocaines en faveur du développement économique et social du Sahara à travers des projets socio-économiques et d’infrastructures, ainsi que les progrès accomplis en matière des Droits de Homme qui ont été principalement marqués par le renforcement du rôle des commissions régionales du Conseil national des droits de l’Homme à Laâyoune et Dakla, ainsi que par la coopération avec le Haul-Commissariat aux droits de l’Homme et l’interaction avec les procédures spéciales.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com

17 octobre 2018

Le Représentant permanent du Maroc à l’ONU: La 4ème Commission doit se dessaisir de la question du Sahara occidental

Le maintien de la question du Sahara marocain à l’ordre du jour de la 4ème Commission se fait en violation flagrante de la Charte de l’ONU et c’est bien pour cette raison que cette instance onusienne doit s’en dessaisir, a déclaré, mardi à New York, l’Ambassadeur, Représentant permanent du Maroc auprès des Nations Unies.

“Le Sahara marocain est, en effet, la seule question qui continue de faire l’objet de discussions et d’une résolution par la 4ème Commission, alors que le Conseil de Sécurité en est saisit depuis 1988″, a expliqué l’Ambassadeur Hilale, dans une déclaration devant cette Commission relevant de l’Assemblée générale des Nations Unies.

Il a, dans ce cadre, qualifié d’”anachronique” ce double examen de la question du Sahara marocain, en ce sens qu’il “viole l’article 12 de la charte de l’ONU qui stipule que ‘tant que le Conseil de Sécurité remplit à l’égard d’un différend ou d’une situation quelconque, les fonctions qui lui sont attribuées par la Charte, l’Assemblée Générale ne doit faire aucune recommandation sur ce différend ou cette situation’”.

“L’objectif des pères fondateurs de notre organisation à travers cet article est triple: Prévenir une situation où deux Organes onusiens se saisissent d’une même question, Eviter l’adoption de décisions contradictoires, comme c’est le cas actuellement avec la résolution de la 4ème Commission sur le Sahara marocain et celle du Conseil de Sécurité sur le processus politique, Garantir la prépondérance et prééminence du Conseil de Sécurité, qui est la source du droit international et qui demeure le principal Organe onusien en charge du maintien de la paix et de la sécurité internationales”.

C’est pourquoi, a développé l’Ambassadeur Hilale, le Maroc ne cessera jamais d’appeler à la dessaisine de la question du Sahara marocain par la 4ème Commission afin de garantir la sérénité et l’atmosphère appropriée pour la relance du processus politique, sous les auspices du Conseil de Sécurité.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com