Le Journal émirati "Al Khalije" a indiqué dans sa livraison de jeudi 27 décembre 2018, que l’appel lancé par le Maroc à destination de l’Algérie en faveur d’un dialogue "franc et direct" a eu la vertu de "rompre le long immobilisme de l’Union maghrébine".
Dans un article intitulé "Le Maghreb aspire à une relance avec son trentième anniversaire", le journal des Emirats arabes Unies, explique que "le long immobilisme de l’Union maghrébine a été rompu", en évoquant le discours de SM le roi Mohammed VI qui a appelé en novembre, à un "dialogue franc et direct" avec l’Algérie, à l’occasion du 43ième anniversaire de la Marche verte.
Le média émirati ajoute qu’"une activité diplomatique et médiatique très dynamique a débuté pour réactiver les instances maghrébines après un gèle de prés de trois décennies" et ceci "pour éviter la perte du rêve d’intégration régionale".
Le journal estime que malgré les ponts de l’échange et de la complémentarité qui unissent les peuples du Maghreb "la décision politique est resté lente et à cause de cela des occasions précieuses de développement ont été dilapidées par l’Union maghrébine, comme l’ont été des opportunités de construction d’un système économique intégré ".
Pour ce journal les dix premier mois de l’année 2018 n’ont rien apporté de nouveau concernant l’action maghrébine commune, " mais les cinq pays maghrébin ont connu des interactions politiques, économiques et sécuritaires nombreuses" et "les défis qui ont commencé à apparaitre ont peut-être joué un rôle dans la relance de la réflexion collective pour réanimer l’Union et dépasser les conflits, en particulier entre l’Algérie et le Maroc, qui ont provoqué le gel de l’activité de l’organisation régionale".
Le quotidien a ajouté que des "voix franche se sont élevé pour revendiquer la nécessité que les deux pays doivent dépasser leur conflit perpétuel autour du Sahara", en expliquant que les deux pays représentent à eux deux, "le poids lourd stratégique de l’Union maghrébine, sans lequel cette entité ne peut se réaliser, c’est pour cela que le conflit ne doit pas entraver l’unité de destin et le possibilité de coopération entre les deux dans de nombreux domaines qui apporte un bénéfice important pour les deux peuple et les autres peuples frères".
"Al Khalije" constate que les rapports du Secrétariat général de l’Union du Maghreb ainsi que la Commission économique de l’Union africaine, indiquent que les économies des 5 pays maghrébins "subissent des pertes sèches à cause de la non intégration, qui varient entre 3 à 5 % du Produit intérieur brut de ces pays, c'est-à-dire près de 10 milliards de dollars par an, outre le fait que les prévisions évoque des bénéfices immenses".
Ces rapports considèrent que la région maghrébine est "la plus faible au niveau du continent africain au sujet du commerce au sein de l’espace régional, avec seulement 2 % des échanges avec l’extérieur", alors que la moyenne africaine est de 16 % avec des prévisions qui peuvent atteindre 60 % en 2022, selon l’Organisation mondiale du commerce (OMC) sur l’Afrique.

Sources : le site politique du Sahara occidental :
www.corcas.com
Voir aussi : Le portail du Sahara occidental :
www.sahara-online.net
Le site de la culture hassanie :
www.sahara-culture.com
Le site des villes du Sahara occidental :
www.sahara-villes.com
Le site du développement économique du Sahara occidental:
www.sahara-developpement.com
Le site social du Sahara occidental :
www.sahara-social.com